Les Plantes Médicinales : La Canne de Provence

Canne de Provence – Nom latin Arundo donax

canne de provence

Originaire d’Asie, elle s’est implantée pendant l’Antiquité dans de nombreuses régions du globe, dont le bassin méditerranéen. Sa grande vigueur et son caractère invasif font qu’elle figure sur la liste noire des espèces exotiques envahissantes en France méditerranéenne continentale et sur la liste des plantes invasives en Europe.

Pour vous renseigner : Tout sur la phytotherapie

Arundo donax forme rapidement une touffe dense, érigée et rhizomateuse, aux cannes ligneuses et robustes (3 à 5 cm de diamètre), et aux longues feuilles vert franc. Elle peut s’élancer à plus de 6 m de hauteur pour un étalement de 1,50 m. Elle fleurit en fin d’été produisant des panicules terminales brun pourpre. Sa rusticité est modérée : la souche tolère des températures descendant jusqu’à -12 °C mais le feuillage coupant alternes et semi-persistant est grillé dès -8 °C.

Sa haute stature et sa croissance rapide permettent de constituer des brise-vent et des écrans végétaux en quelques saisons et pour un coût moindre que plusieurs arbustes.

Famille : Poacées.

Origine : Europe méditérranéenne.

Caractéristiques :

  • Terrain : pH : indifférent – Sol : drainé et humide.
  • Exposition : Soleil.
  • Rusticité : -8°C
  • Feuillage : semi persistant.
  • Taille : hauteur 2 à 10m sur 1 à 1,5m de largeur.
  • Comestible : Oui.
  • Floraison ornementale : Non.
  • Méthode de multiplication : Division, bouturage.

Cultiver la canne de Provence :

Comme nombre de graminées, la meilleure période de plantation se situe au printemps, de mars à juin, après que les risques de forte gelée sont écartés. Dans le Midi, il est aussi possible de l’installer en début d’automne afin qu’elle profite des pluies de saison pendant sa reprise.

Prévoyez 1 plant par m².

Arrosez-la copieusement les deux ou trois premiers étés. Renouvelez régulièrement le paillage pour limiter les arrosages.

Une fois installée, la canne de Provence tolère des périodes de sécheresse car sa racine pivotante va chercher l’eau en profondeur. Sa croissance reste toutefois optimale avec un sol bien irrigué : elle peut alors émettre des cannes de plus de 3 m en une saison !

Ce n’est pas que la hantise des jardiniers : Le Chiendent ou encore Cynodon dactylon

La canne de Provence est gourmande : apportez-lui chaque début de printemps un fertilisant organique.

En région froide, rabattez les cannes avant l’hiver et protégez la souche avec un épais paillis de feuilles mortes pour limiter les effets du gel. Les cannes de Provence bien implantées sont beaucoup plus rustiques que les jeunes sujets.

Régulièrement, vérifiez que la canne de Provence reste bien à sa place. Éliminez les rejets indésirables qui peuvent parfois bien s’éloigner du pied. Au besoin, cernez la canne avec une barrière anti-rhizomes comme on le fait avec les bambous traçants.

La canne de Provence se montre particulièrement résistante aux maladies et aux parasites

Propriétés médicinales de la canne de Provence :

Racines au gout sucrées se prépare en infusion de 20g pour 1L d’eau.

Elle possède des propriétés thérapeutiques diurétiques, dépuratives, anti-inflammatoire et antivirales mais sa fonction principale est d’arrêter la lactation (montée de lait).

A lire : La Citronnelle

Un peu d’histoire :

Hormis son utilité dans le paysage, la canne de Provence trouvait autrefois de nombreuses utilisations dans la vie quotidienne : elle se transformait en cannisse, en paillasson, en couverture éphémère pour les paillotes, les parasols et les auvents, en canne à pêche, en panier, en quenouille. Sa richesse en silice en faisait un liant parfait pour les enduits des maisons en torchis.

Pendant l’Antiquité, on la taillait en pointe et le calame ainsi formé servait pour écrire à sec sur les tablettes d’argile ou à l’encre sur les papyrus.

Depuis la fin du XIXe siècle, les cannes de Provence des roselières du Var fournissent la matière première dans la fabrication des ‘meilleures anches du monde’ utilisées par les instruments à vent (hautbois, clarinette, saxophone, basson…) pour produire le son. La ville de Hyères rend hommage, à travers le Festival de l’Anche, à cette fine lamelle taillée dans la Canne de Provence, véritable ambassadrice mondiale du département varois.

L’avenir de la canne de Provence est dans la transformation en pâte à papier, dans la lutte contre l’érosion des sols mais également comme combustible pour produire de l’énergie électrique. Cette énergie issue de la biomasse offre de nombreux atouts environnementaux (bilan CO2 équilibré, culture respectueuse du sol car plante peu gourmande en pesticides et en engrais, et combustion peu polluante).

huile essentielle