Faire ses légumes du semis à la récolte

La récolte :

récolte aubergine

Le ramassage des légumes est réalisé deux fois par semaines. La première est le mardi pour servir les commandes passé le lundi par des chefs étoilés tels que Christophe Baquier (castelet), la villa madi (Cassis) ou encore la tour d’argent (Paris).

A voir : Tout savoir sur les plantes médicinales

Les commandes sont envoyées via le service de chronos fraiche de la poste. Ce service est assez onéreux il tarif peuvent aller de 3e à 1e le kilo de frais de livraison ainsi plus le chef commande de légumes moins il va payer cher en frais de port.

La seconde ramasse est réalisé le jeudi est partira le vendredi via un transporteur avec camion réfrigéré qui amènera cette commande au comptoir des producteurs à Paris (Rungis) ainsi l’essentiel des récoltes est envoyé soit en commande personnalisé comme le font les chefs soit en commande de gros où le surplus de production est écouler réduisant ainsi au minimum les pertes en légumes.

A voir : compte rendu du centre d’expérimentation du vins rosé

La ramasse est pointilleuse en effet il y a différents calibres présenté au choix à la clientèle. Le mini légume, dont les chefs sont particulièrement friands. Ce sont des aubergines de maximum 5 cm, même si elles sont petites les aubergines sont déjà mature et donc bonne à manger, et les grandes aubergines de 20 cm. A savoir si l’aubergine est trop vieille, elle jauni et durcit il est donc essentiel de ne pas trop attendre pour la ramasser.

Voici une liste du prix de vente des aubergines :

  • AUBERGINES Violettes le kilo 3,20 e
  • AUBERGINES Blanche le kilo 3,50 e
  • AUBERGINES Striées le kilo 3,50 e
  • AUBERGINES Rondes de Fl./Rosa Bianca le kilo 3,80 e
  • AUBERGINES Mini la pièce 0,50 e
  • AUBERGINES Japonaises le kilo 5,50 e

Ce calibrage lors des récoltes demande une grande vigilance de la part du maraicher et une connaissance de la vitesse de croissance du légume lors du choix du ramassage. Ainsi plusieurs questions se posent lors des ramasse : Vaut-il mieux ramasser un fruit limite hors du calibre ou le laisser pour la prochaine ramasse serait-il plus judicieux ? Lors des débuts d’un ramasseur une personne plus expérimenté va alors présenter sur le terrain les différents calibres et accompagner le novice dans ses premiers plants pour l’aider à la décision.

Avoir un repère avec un exemple de calibre d’aubergine est essentiel lors des débuts en effet j’ai pu constater qu’au fils du temps j’avais tendance à augmenter la taille de mon calibre pour les mini. Un autre point parfois compliqué est ce que le calibre n’est pas forcément le même pour tous les employés et exploitants, il est donc essentiel d’aller voir le responsable des commandes pour savoir exactement sa volonté de calibre.

Cette technique de ramasse m’a appris a bien demandé à reformuler les attentes en ce qui concerne l’aspect du légume et les équivalences de poids par rapport au nombre de légumes ou de cagette. A faire preuve d’une vue d’ensemble des légumes en passant une première fois entre les lignes pour détecter les plus petit et ainsi baser mon calibrage sur cette vue. Et à bien être méticuleuse et observatrice, beaucoup de légumes se cache sous les feuilles ou derrière d’autres fruits.

La ramasse d’aubergine s’effectue à l’aide d’un couteux opinel, une fois les instructions donné par exemple 90 pièce de mini aubergine littel finger, la personne va prélever les aubergine en sectionnant la tige qui relie le fruit à la plante et positionner le fruit dans une cagette facilitant le transport entre le champ, le camion et la zone de mise en cagette. L’aubergine ne nécessite pas de lavage elle est donc directement mise dans des caisses en bois, pesée et mise sur palette lors des envoie pour le comptoir des producteurs ou bien mis dans des cagettes en bois en empaqueter lors des envoie pour les chefs.

Une autre culture : la Spiruline

Les semis :

Les plants d’aubergine sont réalisés par l’exploitation, on utilise la technique des semis en terrines.

Cette technique est utilisée pour les plantes ayant besoin d’un repiquage avant la plantation telle que les tomates, poivrons, … de manière à renforcer les jeunes plants avant leur mise en place en pleine terre.

Pour cela on prend des caisses en plastiques perforer de petit trous, on les remplies de terreau NF‐ U‐42001 composé de tourbe de sphaigne noire gelée et de tourbe blonde de sphaigne enrichi en engrais NPK 4.23.0 (0,5%), 7.7.10 (2%), 0.0.30 (0,5%) mélangé à de l’eau que l’on mélange et compacte légèrement à la main.

Tourbe :

Essentiellement organique provenant de la semi-décomposition de végétaux acidophiles tels que la sphaigne, carex ou graminées. La tourbe blonde se trouve dans des marais et a un aspect très fibreux, élastique et spongieux. La tourbe noir se trouve dans des bas-fonds marécageux et a un aspect semi-fibreux à tendance colloïdale de par son humidité.

Les graines sont ensuite disposées une à une en rangs serrés à l’aide d’un bâtonnet humidifié.

Un étiquetage minutieux doit être observé afin de ne pas mélanger les différentes variétés au repiquage et à la plantation et ainsi ne pas retarder le futur travail de ramassage et préparation de commande. Pour optimiser l’espace, plusieurs variétés sont semées dans une même caisse et séparées à l’aide de simples morceaux de cagette. Une fois les caisses de terrines ou de motte ensemencées, nous les avons intégralement recouvertes de vermiculite afin de limiter l’évapotranspiration du substrat. La vermiculite est matériau léger, est utilisée pour les plantes les moins vigoureuses à la levée. Les semis sont inspectés chaque jour afin de suivre leur évolution.

L’humidité du substrat est un facteur très important à ne pas négliger. Les mottes, exposées à l’air libre et chaud se dessèchent rapidement et de façon inégale selon leur positionnement dans la pépinière ou encore selon l’état d’avancement de la plantule. Pour plus de précision dans cette étape cruciale, l’arrosage est fait de façon manuelle à l’aide d’une lance orientable avec jet de type pluie. Afin d’augmenter ponctuellement l’humidité atmosphérique de la pépinière une micro‐aspersion a été installée. La faune est également à surveiller chenilles, limaces, escargots et chats peuvent également causer des dégâts.

 

huile essentielle